Vidéo - LJ : quand le « Cacao-Café » exprime la beauté de la femme noire - Chaba 237 | Actualités du Cameroun et d'ailleurs...

Breaking

Pub

samedi 15 décembre 2018

Vidéo - LJ : quand le « Cacao-Café » exprime la beauté de la femme noire

Vidéo - LJ : quand le « Cacao-Café » exprime la beauté de la femme noire

Fanta-coca, plantain braisé, beauté de pharmacie ; les noms d’oiseau n’en finissent plus lorsqu’il s’agit de qualifier ses femmes qui se livrent à la dépigmentation volontaire. Sorti en septembre 2016, le singe Cacao-Café reste encore cruellement d’actualité. Face en effet à l’évolution croissante de la pratique du djansang,  du complexe des couleurs et face à la recherche de la peau zéro-défaut, cet opus ; qui célèbre la beauté de la femme noire, sonne comme appel à notre indenté et trahit la préférence de LJ ; artiste Camerounais et Béninois, pour les femmes sucrées du berceau de l’humanité.

Il était une fois


Artiste chanteur, LOBE Jean-François nait le 30 septembre1985 sur les rives du Wouri. Quatrième d’une fratrie de quatre garçons, il grandit dans un foyer convivial et dans une ambiance musicale ; commune à toutes les familles de type Sawa. Très tôt, François commence à flirter avec l’univers musical et fait ses premières classes dans les concerts scolaires avec l'orchestre de son établissement. Et quelques années plus tard, il commence à fréquenter les studios d’enregistrement.

Titulaire d'une licence en réseau et télécom, son aventure musicale professionnelle démarre réellement en 2010 et c’est sous le pseudonyme de LJ qu’il choisira de défendre son Art. Installé au Bénin depuis 2005, il mène une double vie à la Clark Kent: Informaticien le jour et artiste la nuit. Musicien-Chanteur ouvert sur le monde, sa musique éclectique; teintée d’Afrobeat et d’Afro-pop, traverse toutes les cloisons musicales.

Cacao-Café

Paru il y’a deux ans, Cacao-Café est l’un des opus du maxi-single qui porte son nom. Un moyen pour LJ de chanter pour la valorisation de la peau noire et d’inviter ses frères et sœurs africains à être fière de leur couleur et de leur origine. Sur un beat polyphonique et savamment rythmé, il donne de sa voix cristalline et sensibilise sur les affres de la dépigmentation. Un appel à notre identité, un écho à notre originalité.


Une musique qui sonne comme des pleurs ; celle de l’Afrique profonde, meurtrie par l’inconscience de ses filles.


« Black Queen, Black Queen, belle et naturelle tu es … et je t’aime, comme tu es ». 



1 commentaire:

  1. Trop talentueux, engagé et respectueux dans sa ligne. C'est un plaisir de l'ecouter. Ses chansons sont immortelles.

    RépondreSupprimer