Fabrice Ondoa sur le BruxellesGates: "Tu joues pour ton pays, et en retour, tu t’attends à ce que tout soit bien organisé" - Chaba 237 | Actualités du Cameroun et d'ailleurs...

Breaking

Pub

mercredi 19 avril 2017

Fabrice Ondoa sur le BruxellesGates: "Tu joues pour ton pays, et en retour, tu t’attends à ce que tout soit bien organisé"


Dans une interview accordée à Jeune Afrique, le meilleur gardien de la CAN 2017, Fabrice Ondoa, est revenu sur les deniers problèmes qui ont secoué la tanière des Lions Indomptables après la rencontre face à la Guinée le 28 mars dernier.

"Vous savez, le Cameroun a toujours connu des problèmes au niveau de l’organisation. Et ce sera sans doute toujours ainsi. Moi, je ne cherche même plus à comprendre. Avant ce match, on est descendus pour déjeuner dans la salle de restaurant de notre hôtel, et on nous a dit qu’on ne pouvait pas le faire, car tout n’avait pas été payé. Je suis remonté dans ma chambre, et on a dû attendre 15 ou 16 heures – le match avait lieu à 19 heures – pour pouvoir avaler quelque chose… Depuis que je suis en sélection (2014), il y a régulièrement des problèmes. On vient jouer pour notre pays, car on sait que quand l’équipe gagne, le Cameroun va mieux."

À la question si le sélectionneur des Lions Indomptables Hugo Broos a eu raison de dénoncer le manque d’organisation dans l’Équipe nationale, le joueur de l’Atlético Séville a répondu : " Mais oui ! Il a eu raison de parler. Le coach, c’est quelqu’un de calme et de patient, mais là, c’était trop. Nous sommes des professionnels, nous demandons juste un peu de respect et de considération. On fait notre boulot, mais à un moment, c’est fatigant… Tu joues pour ton pays, et en retour, tu t’attends à ce que tout soit bien organisé, afin que tu puisses te concentrer sur le terrain. Mais non ! Tu sais, quand tu viens en sélection, que tu seras déçu par certaines attitudes. Il y a des gens qui travaillent bien au sein de la fédération, et d’autres qui le font très mal… J’espère que ce qu’a dit le sélectionneur va faire bouger les choses."

Aucun commentaire:

Publier un commentaire